Vas-t-on vers une guerre des paiements cash et des espèces en France et en Europe ?

11 septembre 2018
Vas-t-on vers une guerre des paiements cash et des espèces en France et en Europe ? - 4.0 out of 5 based on 4 votes

L’Europe vient de se lancer dans une offensive importante à ce jour dans la guerre contre la trésorerie en espèces. La nouvelle initiative vient directement de la Commission européenne, qui a annoncé  son intention «d’étudier la pertinence d’unifiez les limites des paiements en espèces».

Les citoyens essayent de se protéger des menaces telles que définies par les fonctionnaires de Bruxelles.

Une enquête faites par la commission révèle que presque 95 % des européens sont contre une limitation commune en CEE et sont également très attachés à leur cash. Cliquez ici pour voir en détails cette enquête.

Des limites maximales pour les transactions en espèces existent déjà dans la plupart des pays européens et la tendance générale est à la baisse. En 2016, l'Espagne a rejoint la France en plaçant un maximum de 1 000 €  sur la réglementation des paiements en espèces. Le décret Français n° 2015-741 du 24 juin 2015 est explicite sur les 1000 euros de paiement maximum en cash et vous pouvez cliquez ici pour le voir en détails.

La Grèce a régressé fixant à 500 euros son plafond pour les transactions en espèces. En Belgique, depuis octobre 2017, les commerçants ne peuvent plus accepter un paiement au-dessus des 3000 euros  et les rachats d’or ne peuvent plus payer au-delà de 500 euros. 

L’Allemagne : le pays leader des transactions en espèces  

Dans certains pays, la limite de trésorerie maximale est nettement supérieure. Par exemple, dans la plus grande économie d'Europe, l'Allemagne, les récentes tentatives du gouvernement de fixer un seuil de 5 000 euros ont déclenché une réaction violente de la part du public . Le tabloïd allemand Bild a publié une lettre ouverte cinglante intitulée «Hands Off Our Cash», ce qui signifie « Bats les mains de notre cash ». L'Allemagne est donc bien loin de la suppression de l'argent liquide contrairement à la France qui essaie de l'imposer à sa population.

La plupart des partis politiques allemands ont condamné les mesures proposées sur les paiements en espèces comme une attaque contre la protection des données et de la vie privée. «L’argent cash nous permet de rester anonyme lors des transactions quotidiennes. Dans une démocratie constitutionnelle, c'est une liberté qu'il faut défendre », a tweeter le député écolo Konstantin Von Notz. Même le président de Bundesbank, Jens Weidmann, a critiqué les propositions du gouvernement, affirmant à Bild : «Il serait fatal que les citoyens aient l’impression que l’argent leur est progressivement retiré». En Autriche, le ministre adjoint de l'Economie, Harald Mahrer, a déclaré que les Autrichiens devraient avoir le droit constitutionnel de protéger leur vie privée. «Nous ne voulons pas que quelqu'un puisse suivre numériquement ce que nous achetons, mangeons et buvons, quels livres nous lisons et quels films nous regardons», a déclaré Mahrer sur la radio publique. "

En d'autres termes, toute tentative de la part de la Commission européenne de fixer une limite obligatoire à l'échelle des pays membres se heurtera probablement à une résistance féroce, du moins de la part de certains pays. Comme l'explique l'auteur financier Dominic Frisby, «la beauté de l'argent cash est que c'est une transaction simple et directe entre toutes sortes de personnes différentes, peu importe qu'elles soient riches ou pauvres». De plus, il n'y a pas d'intermédiaire. Une partie paie l'autre partie dans une monnaie mutuellement acceptée et aucun intermédiaire ne peut en tirer un profit.  

Il n’est donc pas étonnant que les banques, les sociétés émettrices de cartes de crédit, les banques centrales, les gouvernements nationaux souhaitent se débarrasser de leur monnaie physique. Pour l'instant, la lutte contre le terrorisme est le prétexte le plus souvent invoqué pour cette guerre contre la monnaie physique, mais il y a aussi la lutte contre le crime organisé, l'évasion fiscale et l'économie informelle.

Le cash : le concurrent des intérêts négatifs.

Ces justifications ne font que masquer le but ultime: le contrôle technocratique complet - ou presque complet - de la masse monétaire. Dans un monde où chaque transaction devrait être électronique (c'est-à-dire traçable) et où les systèmes d'authentification biométrique sont devenus la norme, l'influence des grandes banques, des sociétés, des entreprises technologiques et des gouvernements sur nos vies sera pratiquement illimitée.

Un autre avantage important des liquidités est qu'elles limitent la capacité des banques centrales à continuer à mener le plus grand stratagème financier de l'ère moderne, à savoir la politique de taux d'intérêt négatifs. Tant que les liquidités existent, il n’y a aucun moyen d’empêcher les déposants d’agir de manière logique, c’est-à-dire de retirer leur argent de la banque et de le garder là où les effets érosifs des intérêts négatifs ne peuvent pas l’atteindre, c’est-à-dire, sous leur matelas… !

Ce dernier point, explique partiellement le succès de l’investissement en or monétaire. Car de l'or monétaire, c'est un peu du cash sous forme solide !  En même temps, l'ensemble de ses points, essaye justifiez l’interdiction totale du cash du gouvernement français sur les transactions dans le commerce de l’or.

La Commission européenne pourrait-elle passer outre les droits fondamentaux de plus de 500 millions de citoyens européens en les privant de leur vie privée, de leur anonymat et de leur liberté personnelle en essayant de se débarrasser des espèces et des paiements en cash.

Le débat est ouvert

C’est dans ce but que Orobel a ouvert une société de droit allemand,  basée dans la ville frontière d’Aix-la-Chapelle. Notre succursale allemande, Orobel gmbh, vous permet de vendre votre or en lingots ou en pièces et de recevoir la totalité du montant en liquide. Fait plus rare en Europe, vous pouvez également achetez en espèces vos investissements  en or et cela de manière anonyme jusqu’à 9.999 euros. Cliquez ici pour nous contacter.

Source anglaise de l'article 

 

 

 

 

 

334 Nombres de vue

Information pratique

  • 29 rue Saint-Gangulphe 4000 Liège (Belgique)
  • +32 4 222 45 07
  • HORS SERVICE
  •  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nos photos

Top