Guyane : Macron lance un projet de mine d'or qui suscite la colère

27 octobre 2017
Guyane : Macron lance un projet de mine d'or qui suscite la colère - 5.0 out of 5 based on 1 vote

Creuser une fosse de 400 mètres de profondeur, de 2,5 km de long sur 500 mètres de large. C'est ce que prévoit le projet de la "Montagne d'Or" mené dans le Nord-Est de la Guyane par la compagnie minière du même nom, composé du groupe russe Nordgold associé à la compagnie canadienne Colombus Gold. Le but de ce projet monumental : construire la plus grande mine d'or française d'ici 2021.

En visite officielle en Guyane en août 2015, Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, s'était montré favorable à ce projet. Aujourd'hui Président, il est celui qui doit donner son feu vert pour le début des travaux. Son déplacement dans le département les 26 et 27 octobre sur fond de grogne sociale, sera donc aussi marqué par la fronde citoyenne qui s'est organisée contre le projet d'exploitation minière. 

 

Car ce "monstre industriel" n'est "pas indispensable" selon les opposants au projet qui dénoncent l'impact environnemental de l'exploitation du site. Regroupés au sein du collectif "Or de question", ils ont en mars 2017 lancé une pétition qui atteint aujourd'hui plus de 192.000 signatures. 

Le risque d'un "désastre écologique"

Le collectif demande ainsi au gouvernement "l'arrêt immédiat des projets de méga-industrie minière" en Guyane et particulièrement celui de la Montagne d'Or accusé d'engendrer de "graves impacts humains et environnementaux". Au cœur des préoccupations : le stockage des déchets au cyanure engendrés par l'exploitation de l'or. "Durant l'exploitation de la Montagne d'Or, ce sont des millions de mètres cubes qui devraient être charriés et traités au cyanure pour extraire l'or, puis ensuite stockés", explique la Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH) dans un avis sur "le droit à un environnement sain dans les Outre-mer" publié le 17 octobre dernier.  "En cas de rupture des digues contenant les boues cyanurées, la Guyane fera alors face à un désastre écologique d'une envergure sans précédent", conclut-elle. Dans son avis de 64 pages, la CNCDH recommande ainsi l'organisation d'un moratoire sur le projet de la Montagne d'Or et le lancement d'une "étude d'impact".

 
 

L'inquiétude est partagée par l'ONG WWF qui s'est attachée à démontrer que le projet de la Montagne d'Or n'est pas viable économiquement. Dans un rapport intitulé "Montagne d'Or, un mirage économique" publié le 18 septembre dernier, l'association pointe du doigt la volatilité de la parité euro-dollar qui ne garantit pas la rentabilité des 420 millions d'euros de fonds publics destinés à être investis dans le projet. Dans ce même rapport, WWF se préoccupe également des besoins en énergies conséquents engendrés par l'exploitation du site.  La compagnie minière de la Montagne d'Or affirme être préparée aux besoins en électricité. Quant aux risques écologiques : "On prévoit des équipements de destruction de cyanure, donc il n'y aura pas de cyanure dans les rejets de l'usine de traitement de Montagne d'or", promet Igor Klimanov de Nordgold à 1ère.

La promesse de plus de 3.500 emplois

"Le gisement de Montagne d’Or correspond à un gisement contenant 85 tonnes d’or exploitable", indique la compagnie minière sur le site dédié au projet. La production de toute cette matière première s'étendrait sur douze ans, et permettrait de créer 750 emplois ainsi que 3.000 emplois indirects sur le territoire selon les exploitants. 

"Ces emplois seront à 95% attribués à des Guyanais", affirme Igor Klimanov, directeur du développement de Nordgold dans une interview à Challenges. Il ajoute que le projet prévoit également "la mise en place une filière de formation aux métiers de la mine à Cayenne". "Nous voulons associer pleinement les personnes qui vivent dans la région car c'est un projet qui va créer de l'emploi et de la richesse".

Léon Bertrand, maire de la commune de Saint-Laurent de Maroni sur laquelle est implanté le projet de la Montagne d'Or, s'y montre favorable. "Dans le contexte guyanais que nous venons d’évoquer, c’est une opportunité à étudier attentivement. Quel autre projet d’ampleur équivalente est proposé pour répondre à l’ampleur et à l’urgence des besoins du territoire (emploi, formation…) ?", interrogeait-il sur 1ère en août 2017, alors que le taux de chômage atteint plus de 22% en Guyane. En attendant toutes les autorisations nécessaires au projet, y compris le feu vert du gouvernement, un débat public doit être organisé en mars 2018. Source: RTL

 

 

BOUTIQUE EN LIGNE

Envie d'investir dans l'or ?

Retrouvez tous nos lingots & pièces d'or sur notre boutique en ligne.
BOUTIQUE EN LIGNE

Nos derniers articles


Laissez votre commentaire

Information pratique

  • 29 rue Saint-Gangulphe 4000 Liège (Belgique)
  • +32 4 222 45 07
  • HORS SERVICE
  •  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nos photos

Contactez nous

  Mail is not sent.   Your email has been sent.
Top